ein sof

fragment

Couvre-feu. On s'enfuit, se faufile, trouve une solution à notre cœur de marchandise. De l'underground, tu ne préserves que la mélancolie des roches. Des larves et des laves pour toute chaleur. En négativité de ton ombre, tout ce qui est encore réel brûlera. On se le promet. Et l'effroi volettera, si peu. Nous soulèverons une dernière fois la terre. La mastiquerons lentement. Le ver aura remplacé notre espoir, et nous nous installerons dans un sous-sol pour imaginer des ciels sans satellites.

#fragment

Nous marcherons à vos côtés jusqu'au néant, mais nous ne ferons pas un pas de plus.

#fragment

Nous préférons à toute consommation la consumation de notre être.

#fragment

J'aimerais être une ressource humaine soluble dans l'eau.

#fragment

Une comptable a été chargée, un peu malgré elle, de licencier 3,5 % des effectifs parmi les 100 salariés restant dans l'entreprise. Trois timbres-poste et une scie à métaux devraient faire l'affaire.

#fragment

Ils m'ont annoncé, sans raison, qu'ils me renvoyaient, le chômage reprend, la vacance avec, et je me demande si je ne devrais pas m'arracher le visage afin d'accroître mes chances d'être à nouveau embauché par cette même entreprise.

#fragment

Rien, un peu moins. J'ai dit au chômage que je ne voulais pas travailler. Ils ont rigolé. La police est venue. Je voulais regarder la pluie tomber, mais il fallait travailler ou circuler. Je me suis donc dissous dans le chagrin.

#fragment

Combien d'oiseaux volent encore en cet instant ? Combien d'oiseaux meurent d'avoir volé en cet instant ? Combien d'oiseaux s'arrêtent de voler après leur mort d'avoir volé ? Suis-je l'un d'entre eux ? Je ne sais plus depuis combien de temps je chute.

#fragment

J'avale de la javel devant un grand magasin, je m'habille de pelures d'oignon et mes cicatrices ont la couleur de l'agate. Mes mains demeurent propres malgré tous ces passants qui m'ignorent tendrement. Il y a des nébuleuses jusque dans la vomissure : l'extase comme toute chose souffre de l'inflation.

#fragment

Te souviens-tu de l'odeur de l'orage ? Ils sont devenus tristes ces jours où il ne pleut plus sur la ville.

#fragment